Paris au mois d’août ressemble à une tombe. Pas même un Grand Pan de Nuit pour vous effleurer ni de princesse Palatine pour vous embrasser. Une seule solution, se mettre à L’Ombre