Stereolane

Il est de ces morceaux que l’on entend par hasard, qui vous donnent immédiatement une impression de « déjà entendu », non parce qu’ils manquent d’originalité mais parce qu’ils sont évidents, lumineux, presque imparables. C’est le cas de ceux de Stereolane… Stereolane, me direz-vous ? Eh bien oui, le groupe, ou plutôt le duo formé par Nicolas Berrivin (Smooth) et Aymeric Westrich (Aufgang). Un groupe, un projet studio, un disque : tout cela compris dans le même nom.

Petite piqûre de rappel : Smooth est un groupe nantais, hautement recommandable, ne serait-ce que pour quelques albums trop peu médiatisés et pour l’énorme featuring d’un Dominique A au sommet de son art sur le titre I Know. Quant à Aufgang, le projet réunissait déjà sonorités électro et allusions à la musique classique. Deux parcours, deux personnalités ? Une complémentarité ?

Nicolas Berrivin en est persuadé : « Pour ma part, je suis autodidacte à 100 %, alors qu’Aymeric a suivi une formation de conservatoire… Je dirais que nous sommes différents de par nos expériences musicales précédentes, nos parcours, mais que nos influences se rejoignent beaucoup. Nous sommes très complémentaires sur la manière de travailler, chacun a ses « spécialités » sur la composition, l’arrangement, la couleur, l’écriture… »

Alors, French Touch ?

Si on veut… En tout cas, Stereolane est avant tout un rêve musical, comme nous l’a confié Nicolas : « Cet EP a été composé en premier lieu autour d’un projet de film… Nous avions envie d’explorer des univers différents : folk, foul, pop, etc., de nous faire plaisir, tout simplement. Je pense que cela se ressent en écoutant le disque. Nos influences sont très variées, il y en a trop pour ne citer que quelques noms… Tout s’est fait très naturellement dans la composition, comme dans la collaboration avec les featuring. »

À propos de ces featuring, Nicolas ajoute qu’il s’agissait de coups de cœur réels, sincères, et qu’il a suffi d’oser demander – à Craig Walker  (le chanteur d’Archive) ou Olle Nyman, entre autres et rien que ça ! – pour que les interprètes répondent présent. L’important pour le duo ? « Accentuer la composition vers ce côté organique » qui caractérise la plupart des morceaux. Des arrangements pour cordes, des envolées lyriques et des voix, tour à tour mélancoliques comme celles de Loh, Olle Nyma et Craig Walker, ou plus pop, comme celle de la chanteuse britannique Jesse Rose.

L’album a pourtant un défaut, du moins à mon avis : il est trop court, c’est un EP… On aime, on en voudrait plus ! Que la bande-son de ce film imaginaire puisse défiler à perte de vue, By The Road… Pas si facile, hélas, de faire vivre des projets dans ce paysage musical français un peu frileux, un peu figé. Voilà pourquoi « il nous a semblé naturel de sortir ce premier EP en numérique, pour le côté pratique et indépendant », rajoute Nicolas Berrivin. « Pour le prochain, sûrement un album, ce sera peut être différent. » Il nous le confirme également : pour l’instant, il est impossible de défendre le projet sur scène avec plusieurs interprètes vivant à des centaines de kilomètres les uns des autres.

Heureusement, vous pourrez acheter l’album dès le 8 octobre prochain. Il sera disponible chez tous les bons fournisseurs numériques ! Bien sûr, il est déjà en écoute en intégralité sur le site du groupe, mais avouez que rien ne vaut sa friandise dans son iPod ! Et comme sur www.horsdoeuvre.fr, on se la joue terrien, on regrette déjà de ne pas pouvoir caler Stereolane « en vrai » dans sa discothèque. Là encore, Nicolas Berrivin ne nous contredira pas : « Oui, pour ma part, je crois encore au disque en tant qu’objet, mais plutôt pour le vinyle. Le mieux étant de sortir les trois, vinyle, CD et numérique ! »

On acquiesce… Pour que vivent les beaux projets, les créations d’artistes sincères… la musique, tout simplement.

www.stereolane.com

Digitally available october 8th on : ITUNES / DEEZER / AMAZON / SPOTIFY http://vimeo.com/29110168


Stereolane E.P Teaser

Top ⇧

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.