Jagwar Ma, Howlin !

Pour le plus grand plaisir de nos gambettes, deux jeunes potes australiens, Jono Ma et Gabriel Winterfield, duo qui forme Jagwar Ma, ont décidé de balancer dans un shaker une sacrée rasade de Beach Boys, un soupçon de Beatles, une goutte de Tame Impala, une pointe de Stone Roses, une pincée (very light) de Chemical Brothers, d’ajouter ensuite une rondelle de MGMT et de saupoudrer le tout d’un bon son électro ! Un cocktail euphorique nommé Howlin qui monte à la tête direct, file la banane et donne envie de bouger ! Just have fun !

Jagwar - Come save meCome Save Me, chanson parfaitement irrésistible, pourrait résumer à elle seule l’état d’esprit de l’album. Le titre débute comme un coucher de soleil sur Bondi Beach, QG des surfeurs Sydneysiders. Petites poupées carbonisées et beaux gosses abrutis, planches de surf bousillées dans une Ford Mustang déglingue, Good Vibrations dans les oreilles, sourire béat… une certaine idée du bonheur ! Puis les rythmes « pysché-indiens » façon Beatles (période Album blanc) aident à planer vers des sensations plus vaporeuses, brumes du soir ou autres, à vous de voir… Avant de finir sur un beat tribal et techno déchaîné, digne d’une boîte undergroud de Darlinghurst, quartier branchouille de Sydney. Et vous trouverez ce mélange détonant à peu près dans tous les titres de l’album. Au matin (vers 15 heures ?), après votre beuverie de la veille, je vous conseille cependant d’écouter Backwards Berlin ou Did You Have To pour un réveil plus en douceur. Ou, si vous voulez virer l’inconnu(e) qui squatte votre plumard à la suite d’une absence mentale et regrettable de votre part (ah, l’alcool !), mettez plutôt Four, titre au son binaire qui vous filera la pêche !

Et finalement, n’est-ce pas ce qui caractérise les Australiens (à l’instar de Tame Impala), de n’avoir justement rien de particulier qui les définisse ? Isolés géographiquement, débarrassés du poids pesant de la pop anglaise et du rock américain, ouverts au monde, aimant la fête, les Aussies de Jagwar Ma nous proposent un genre musical aux multiples références, mais totalement décomplexé. Inclassable, atypique, festif et sans prise de tête !

Howlin de Jagwar Ma, album sorti le 26 août (en streaming en intégralité depuis le printemps)

Et si vous voulez les voir à Paris, ils sont en concert le 9 septembre à la Flèche d’Or et le 1er novembre à la Grande Halle de la Villette pour le Pitchfork Festival (Photos de la soirée Pitchfork-Converse chez Merci visibles sur notre compte twitter, rubrique photos/vidéos).

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.