Facteurs Chevaux – Chante-nuit (2020)

« J’ai pris les chemins du vent – Que jamais je ne les quitte ! – Je ne voyais pas passer le temps – Si vite -Il m’en reste à parcourir – Attendez-moi, j’arrive ! – Il se peut que l’avenir – Me suive » (Anne Sylvestre)

Sous les pavés la plage, sous le sapin 2020 d’horsdoeuvre.fr, un aller simple vers le Palais Idéal et des territoires sonores encore en liberté, avec un autre bien essentiel 100% folk lunaire et nuit étoilée… Douce nuit, « Chante-nuit »….

La confrontation a été difficile, voire impossible. A trop vouloir éviter le néant, on a manqué disparaître dans les chutes vertigineuses du déni, de se noyer dans l’excès et l’absurdité de consignes changeantes et contradictoires. C’est que l’on a connu trop tard le deuxième album du duo folk français Facteurs Chevaux, Chante-nuit, composé de Sammy Decoster et Fabien Guidollet.

Cette superbe invitation sonore à un voyage onirique, où l’on tutoie les étoiles avant de faire corps à la mousse des sous-bois nous aurait en effet aidé à nous extirper en rêve, en douceur et en musique, de ce cauchemar qui n’en finit pas de finir. Une évasion poétique pour mieux se retrouver, pour mieux se rappeler que demain il fera jour, un folk imaginaire pour ne plus confondre vivre et survivre.

Emmène-moi au firmament, au-delà de la Cordillère des Andes. Emmène-moi vers le soleil, loin des hommes changés en statue de sel. Emmène-moi au grès du vent, sur tes ailes nous deviendrons maitre du temps. (Le firmament)

 

On aurait alors délaissé le spleen pour le Palais Idéal du Facteur Cheval, dans lequel le duo a composé, lors d’une résidence, ce florilège de ritournelles folks singulières, ensorcelantes et intemporelles. Des hymnes à la rêverie et à la nature, qui transportent, émeuvent et réconfortent, tour à tour refuge de haute montagne et vent de liberté champêtre.

Oh ton cœur est si léger, beau, qu’il ne prend pas racine dans un pot. (L’autre rive).

Les morceaux sont sobrement orchestrés pour mieux sublimer deux voix faites l’une pour l’autre, comme celles de Simon and Garfunkel ou des Everly Brothers, les harmonies vocales sont ainsi de toute beauté.

Le duo se plait à sillonner les territoires ruraux et donner des concerts dans des écrins naturels atypiques. Peut-être qu’en 2021, l’acte de résistance sera de jouer dans une simple salle de concert, encore fermée à l’heure où s’écrivent ces lignes. Où que jouera Facteurs Chevaux, on y sera, une promesse que l’on glisse également sous le sapin de Noël 2020.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.