L’Expo Jacques Demy

Le monde enchanté de Jacques DemyLa Cinémathèque française présente jusqu’au 4 août 2013 une exposition exceptionnelle et une rétrospective intégrale de l’œuvre musicale et onirique de l’un des réalisateurs les plus singuliers du cinéma français : Jacques Demy. Un tableau en « Demy teintes » où tourbillonnent parapluies pastel, fée des lilas, gâteau d’amour, roi bleu, boa en plumes…

« Amour, amour, je t’aime tant… » 

Le cinéaste désirait que ses films soient « liés les uns aux autres ». Les chassés-croisés amoureux qui hantent le cinéma de Demy – où l’amour flirte souvent avec l’impossibilité de le vivre –, ne sont-ils pas les touches multicolores d’une toile finalement cohérente ? On se quitte, on se retrouve, on s’enlace, on se rate…. L’expo, construite de manière chronologique, met en lumière ce subtil mélange de merveilleux et de réel, de joie et de tristesse, d’enfance et de songes qui peuplent l’univers du réalisateur. « Aimer la vie, aimer les fleurs, aimer les rires et les pleurs ! » chantent les jumelles les plus célèbres du cinéma français…

« Je vais en perm’ à Nantes ! »

On entre dans ce « Demy rêve » par une reconstitution imagée du célèbre passage Pommeraye à Nantes. La ville « de cœur » et de naissance de Demy, où se déroule son premier long métrage Lola (1961), avec Anouk Aimée espiègle et grave. On est ébloui ensuite par la scénographie de l’expo : les robes féeriques couleurs de temps, de lune et de soleil de Peau d’âne (1970), recréées pour l’occasion, l’interview surprenante d’Harrison Ford, les magnifiques photos de tournages d’Agnès Varda, les extraits de films… orchestrés par la musique mélodramatique de Michel Legrand, ce « frère de cinéma ». Difficile de ne pas chantonner les ritournelles des Demoiselles de Rochefort (1966) ou des Parapluies de Cherbourg (1963) ! On revoit avec jubilation Françoise Dorléac et Gene Kelly, Jeanne Moreau blond platine, Jacques Perrin, prince ou matelot, Michel Piccoli en « Monsieur Dame » (!), et bien sûr Catherine Deneuve, véritable muse du metteur en scène.

Anouk Aimée (Lola/Cécile) dans le film Model shop de Jacques Demy, 1968. Catherine Deneuve et Nino Castelnuovo, sur le tournage du film Les Parapluies de Cherbourg, de Jacques Demy en 1963 Catherine Deneuve et Jacques Demy sur le tournage du film les Parapluies de Cherbourg en 1963 Jean Marais (le Roi bleu) dans le film Peau d’âne de Jacques Demy (1970)

 

 

 

Une histoire de transmission…

Avec la complicité de la famille, la réalisatrice Agnès Varda et ses enfants Mathieu Demy et Rosalie Varda, le commissaire d’expo, Matthieu Orléan, a eu accès au fonds exceptionnel d’archives. Les premiers courts métrages et documentaires ainsi que les peintures auxquelles s’est consacré le cinéaste sur la fin de sa vie (il meurt en 1990), déçu par les échecs de ses films des années 1970 et 1980. Agnès Varda parle d’une « volonté de transmission » par l’intermédiaire de cette expo. Sans doute pour ne pas oublier la musique du cinéma de Demy. Légère et mélancolique, comme Yves Montand la fredonne dans le générique de Trois places pour le 26 (1988), dernier film du réalisateur : « C’est l’amour qui fait de nous des fous, c’est l’amour qui nous rend si jaloux, et le reste on s’en fout… »

Catherine Deneuve et Françoise Dorléac sur le tournage du film Les Demoiselles de Rochefort, de Jacques Demy, en 1966   Catherine Deneuve dans le film Peau d’âne, de Jacques Demy, 1970   Jeanne Moreau, photographiée par Agnès Varda sur le tournage de La Baie des Anges de Jacques Demy, 1962   Catherine Deneuve (Delphine) et Françoise Dorléac (Solange) dans le film Les Demoiselles de Rochefort, de Jacques Demy, 1966

 Le monde enchanté de Jacques Demy, jusqu’au 4 août 2013

La Cinémathèque française, 51 rue de Bercy – 75012 Paris. Tél. : 01 71 19 33 33

Avant d’aller à l’expo et de revoir les films, une petite répet’ s’impose ! Voici ma playlist des scènes les plus célèbres :

Les Demoiselles de Rochefort« Nées sous le signe des Gémeaux ! » Solange et Delphine. Françoise Dorléac et Catherine Deneuve. Une en jaune, une en rose. Cultissime !
Les Demoiselles de RochefortUn cartable au sol, des mains qui s’effleurent et c’est le coup de foudre entre Françoise Dorléac et Gene Kelly bercés par le lyrisme de Michel Legrand. Le numéro de danse et l’accent irrésistible de Gene en prime !

Lola
« C’est moi, c’est Lola ! » Anouk Aimée en danseuse amoureuse un peu paumée. Un corset, un boa autour du cou, le tout nimbé d’un noir et blanc scintillant.
Peau d'âneLa recette du gâteau d’amour ? Fastoche ! Il suffit d’écouter Catherine Deneuve dans sa robe couleur de soleil… mais n’oubliez pas d’y cacher une bague.
Peau d'âneLa plus élégante des fées du cinéma s’appelle Delphine Seyrig. Elle est drôle, manipulatrice, couleur lilas et trouve que « la si-tua-tion mérite a-tten-ti-on ». Inoubliable !
Les demoiselles de Rochefort Des robes hollywoodiennes écarlates (« tu n’as pas peur qu’on fasse un peu putes ? »), un petit côté Marilyn et Jane Russell, Rochefort en fête et deux sœurs qui « chantent la vie » ! Magique…

Et ceux qui souhaitent écouter Les Parapluies de Cherbourg, je vous conseille d’aller jeter un coup d’œil sur la playlist de Caroline dans mon article sur Musique et Cinéma : Ici !

Un avis pour “L’Expo Jacques Demy

  • 14/05/2013

    Magnifique expo..
    Presentee ici meme de facon excellente…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.