Les gardiens de l’Amazonie

Du 18 janvier au 22 février 2011, la galerie W expose une trentaine de très belles photos extraites du livre « Les gardiens de l’Amazonie » de João Luiz Bulcão et Antoine Olivier. L’occasion de découvrir la poésie de ces gardiens ancestraux de l’esprit de la forêt qui se battent pour leur culture, et leurs cultures…

Onhiamuagabé était vierge et eut un fils. Elle connaissait si bien la forêt que lorsque celui-ci fut tué, elle n’hésita pas à planter ses yeux dans la terre nourricière. Deux plantes se mirent à pousser et de l’œil droit sortit le guarana qui portent des baies pareilles à des yeux mi-clos. Voici « la base de toute connaissance » selon les Sateré-Mawé, le peuple qui cultive cette plante aux vertus énergétiques. Comme les Seringueiros de Xapuri, les cueilleurs d’açai de Belem ou les casseuses de noix babaçu, ils veillent sur les fruits de la forêt et contribuent à sa survie.

Le guarana des Sateré
João Luiz Bulcão – Le guarana des Sateré – 2009 © Galerie W
Les cueilleurs d’açai
Antoine Olivier – Les cueilleurs d’açai -2009 © Galerie W

Antoine Olivier, photographe et designer français vivant à Rio de Janeiro, rêvait de parcourir l’enchevêtrement touffu de la jungle amazonienne, de sentir la vie, humaine ou végétale, y palpiter. Avec João Luiz Bulcão, un photographe brésilien vivant en France (et artiste permanent de la galerie W), ils décidèrent d’aller à la rencontre de cet écosystème aussi fragile qu’essentiel. Le grand-père de João Luiz Bulcão était seringueiro, un « soldat du caoutchouc », le projet ne pouvait que l’inspirer.

Aujourd’hui, la sève de l’hévéa si durement récoltée, ne sert plus à fabriquer des pneus mais sauve des vies. Une initiative gouvernementale brésilienne a créé Natex, une fabrique de préservatifs à base de ce latex amazonien. Ils sont ensuite distribués gratuitement. Quant à l’açai, cette plante aux baies d’un rouge sombre, presque violacé, tannique, se trouve désormais partout dans les commerces occidentaux. On la boit en jus, en smoothie, en sirop ou on la déguste en sorbet. Tout aussi énergétique que le guarana, elle fait vivre des familles entières…

João Luiz Bulcão - Les cueilleurs d’açai - 2009 © Galerie W
João Luiz Bulcão – Les cueilleurs d’açai – 2009 © Galerie W
João Luiz Bulcão - Les cueilleurs d’açai - 2009 © Galerie W
João Luiz Bulcão – Les cueilleurs d’açai – 2009 © Galerie W

Marchant pendant des kilomètres à travers la forêt, des femmes s’avancent, fières et résolues, un panier sur la tête ou sur l’épaule. Elles partent en quête d’une noix précieuse, la noix de babaçu, un palmier qui pousse dans la zone rurale qui s’étend entre Baraba et Imperatriz. Dans les années 1970, ces femmes luttaient déjà pour obtenir le droit de ramasser ces noix et se réunissaient en associations. Elles savent qu’un panier de coco pourra être entièrement transformé, en farine, en bois de chauffage mais surtout en produits de beauté. D’ailleurs, ont-elles le choix ? C’est probablement leur seule chance de travailler.

On sent que João Luiz Bulcão et Antoine Olivier ont été émerveillés par la beauté de leur voyage mais cette seule beauté ne saurait leur suffire, grâce au livre et à l’exposition, ils espèrent nous faire passer un message. La forêt fragile et féconde veillait sur ses enfants, désormais ce sont eux qui en sont les gardiens. Ne pouvant nous empêcher de la détruire, ils cultivent pour nous ses fruits. A nous d’être reconnaissants, et équitables…

Pour en savoir plus :

Galerie W Eric Landau
44 rue Lepic
75018 Paris
01 42 54 80 24
10 h 30 / 20 h 00 | 7/7 jours

www.galeriew.com

Le livre (édition bilingue en français et portugais) a été édité grâce à l’association Autres Brésils pour la promotion d’une authentique culture brésilienne.

www.autresbresils.net

Un avis pour “Les gardiens de l’Amazonie

  • 27/01/2011

    « planter ses yeux dans la terre nourricière. Deux plantes se mirent à pousser et de l’œil droit sortit le guarana qui portent des baies pareilles à des yeux mi-clos » : impressionnante photo !
    L’açai partout, y compris dans les régimes « corsets » !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.