Le Thé à Guimet

Pour débuter sa saison 2012 / 2013, le musée Guimet a choisi de mettre le thé à l’honneur dans une exposition intitulée Le Thé – Histoires d’une boisson millénaire qui débute le 3 octobre 2012. Boisson la plus populaire et la plus bue au monde (après l’eau), le thé connaît même, depuis plusieurs années, un engouement surprenant. En effet, bénéficiant de son aura « zen » et lénifiante, il se retrouve associé à des produits à l’opposé de ses origines :  macarons, parfums ou cosmétiques au thé ! Il est pourtant né en Chine et est rentré dans les mœurs il y a à peu près 2 000 ans…

Jean-Paul Desroches, commissaire de l’exposition, annonce qu’il a justement souhaité éviter « l’aspect tatamis » et voulu s’écarter du comportement un peu sanctuarisé et « folklorique » que la civilisation occidentale adopte dans le rituel de la préparation du thé. L’exemple le plus frappant de ce choix est l’imposante Tonne à thé (oui, une vraie tonne !) de l’artiste chinois contestataire Ai Weiwei qui nous accueille à l’entrée. Voulue comme le symbole de l’importance du thé dans le monde, son œuvre un peu malicieuse ne laisse pas indifférent ! La deuxième salle présente un joli court-métrage du cinéaste Tran Anh Hung (réalisateur, notamment, de L’Odeur de la papaye verte) qui tente d’expliciter l’esprit du thé par la voix de Tseng Yu Hui, seule femme « maître du thé » au monde ! En effectuant la cérémonie du thé, elle évoque les senteurs, les goûts qui lui rappellent des paysages, des sensations lointaines, des souvenirs intimes… Vrai moment de poésie, ce film n’en est pas moins un surprenant portrait d’une véritable experte, rigoureuse et précise.

La suite de l’expo adopte une démarche plus classique. Elle se divise en trois grandes parties historiques : L’âge du thé bouilli sous les Tang (618-907), qui correspond à un mode de préparation toujours d’actualité en Mongolie et au Tibet. Le thé se présente sous forme de brique que l’on fait rôtir puis réduire avant de la jeter en poudre dans l’eau bouillante. L’âge du thé battu, sous les Song (960-1279), où l’on pulvérise les feuilles qui sont ensuite lancées dans l’eau frémissante, puis battues jusqu’à l’obtention d’une sorte de mousse. D’abord prisée par les empereurs chinois et la cour, cette méthode, par l’importance de la cérémonie et son respect des règles, va conquérir le Japon. Enfin, l’âge du thé infusé,  né sous les Ming (1368-1644). Le breuvage est alors apprécié dans les milieux lettrés chinois et va, paradoxalement, se populariser et s’exporter dans le monde entier. Des objets magnifiques illustrent respectivement ces trois grandes périodes. Verseuses en grès, théières roses ou bleues, gobelets ou bols en porcelaine, ustensiles à moudre… On peut également trouver de superbes calligraphies et des peintures sur soie ou papier qui décrivent les gestes de la cérémonie du thé comme l’infusion, la préparation…

Cette exposition s’inscrit dans le sillage des Séductions du Palais (terminée depuis le 30 septembre). En se focalisant plus précisément sur le thé, elle est moins intimidante que la majestueuse expo du quai Branly. Échaudés peut être par l’aspect un peu « froid » de cette dernière – mais comment éviter cet écueil quand on parle d’un contenu, boisson ou nourriture, en ne montrant que des contenants ?– Jean-Paul Desroches (également commissaire de l’expo à Branly) et l’équipe de Guimet semblent avoir redoublé d’effort concernant l’offre culturelle annexe  : de multiples dégustations, conférences, démonstrations, films, spectacles, ateliers pour adultes et enfants sont organisés en parallèle.

Et pour tous ceux que cette boisson laisse encore de marbre, une dégustation du thé Guimet, créé spécialement par Le Palais des Thés, partenaire de l’expo, est offerte à chaque visiteur. C’est un thé vert aux parfums frais et fleuris, parsemé de pétales de bleuet, clin d’œil au « bleu Guimet » inventé par le père d’Émile Guimet. Et, je l’avoue, moi qui ne suis pas un grand amateur de ce breuvage doublement millénaire, je l’ai trouvé délicieux !

Exposition du 3 octobre 2012 au 28 janvier 2013

Musée Guimet : 6, place d’Iéna, 75116 PARIS. Métro Iéna, tél. : 01 56 52 53 00

Site du musée : http://www.guimet.fr/fr/

Site Palais des Thés : http://www.palaisdesthes.com/fr/

Un avis pour “Le Thé à Guimet

  • 08/10/2012

    Encore une exposition de qualité au Musée Guimet !

    Si vous avez l’occasion d’y aller, il ne faut pas la manquer 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.