Exposition The Velvet Underground à la Philharmonie

La Philharmonie de Paris propose une expo passionnante et très documentée sur l’un des groupes les plus novateurs et sans doute les plus inclassables de l’histoire du rock : The Velvet Underground. A voir jusqu’au 21 août 2016.

The Velvet underground – New York Extravaganza

Le titre de l’expo donne le ton : New York a une place fondamentale dans la naissance et l’existence du groupe. Dans l’Amérique coincée et conservatrice des années 60 où toute déviance est inimaginable, la Grande Pomme semble être le lieu de respiration salvateur et indispensable pour tout créateur ou artiste de la contre-culture. C’est là que se retrouvent les musiciens expérimentaux, les cinéastes underground, les auteurs de la Beat Generation, les travelos, les toxicos, les marginaux… toute une faune interlope et contestataire que l’Amérique refuse de regarder. Un quartier cristallise cette activité bouillonnante et dérangeante : Greenwich Village. Et c’est une des bonne idées de l’exposition, nous mettre en immersion totale dans le New York frénétique qui a vu naître le Velvet avec une iconographie foisonnante et captivante : photos, vidéos, sons, affiches… et nous faire revivre une énergie aussi créatrice que rageuse.

Expo Philarmonie The Velvet Underground
© Hervé Gloaguen / Chambre Noire

Un groupe “comète” ignoré puis adulé

Le Velvet a une durée de vie très brève : 5 ans (de 1965 à 1970), et 4 albums (sans compter Squeeze). Dans cette fulgurance alimentée par la drogue, le sexe et l’alcool – de la rencontre entre Lou Reed et John Cale jusqu’au dernier album (où l’on ne retrouve plus aucun membre fondateur), en passant par la chanteuse Nico et la Factory d’ Andy Warhol -, tout préfigure déjà la radicalité du mouvement punk. On oublie que le groupe n’a eu que peu de succès et d’estime durant sa courte existence, tant il est devenu mythique par la suite jusqu’à symboliser par excellence une représentation iconique du rock. Et lorsque l’on se glisse sous la grande structure en bois (autre chouette idée de l’expo) où l’on peut s’allonger sur des matelas afin d’écouter pendant des plombes le Velvet tout en regardant des projections aux murs, on est toujours ému de se rendre compte à quel point chaque chanson est un tube entêtant, unique, puissant, inoubliable… I’m waiting for my man, Twenty six dollars in my hand… Pour les fans et tous les autres, une expo à voir et à écouter sans risque d’overdose.

The Velvet Underground – New York Extravaganza.  Jusqu’au 21 août 2016 à la Philharmonie de Paris

Notre playlist spéciale Velvet avec des originaux et des covers par Nirvana, Bowie, Anthony & the Johnsons ou Julian Casablancas entre autres :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.