Expo Musique et Cinéma

Peut-on imaginer des films aussi divers que Star Wars, Barry Lyndon, La Panthère rose ou encore Le Mépris sans leur musique ? Impossible, tant le rapport entre ces deux arts nous paraît indissociable. La Cité de la Musique propose une expo formidable sur les relations, pourtant pas si évidentes, de ce couple mythique : « Musique et cinéma, le mariage du siècle ? » Lunes de miel, conflits et ruptures compris…

Une expo didactique

Divisée en quatre parties, l’expo est historique, mais elle est aussi pédagogique. On y apprend ainsi que la musique peut être composée pendant le film, après, être spécialement conçue pour celui-ci (le score, ou « bande originale »), rajoutée en post production, exister déjà  -Wagner pour Apocalypse Now et Melancholia ou Gerschwin pour Manhattan, par exemple-, être inspiratrice, voire sujet du film, comme West Side Story et Amadeus. Ou exister par elle même, après la sortie ! Elle peut également être créée avant : Catherine Deneuve raconte que sur Les Parapluies de Cherbourg de Jacques Demy « le film existait sur disque avant d’être tourné, c’était très étrange !».

Une histoire d’émotion

Mais pour le spectateur, la musique de film est avant tout une histoire d’émotion, personnelle ou universelle. Intime ou partagée. Comment ne pas jubiler dès les premières notes du thème de James Bond par John Barry ? Ne pas être ému en entendant Les Moulins de mon cœur de Michel Legrand dans L’Affaire Thomas Crown ? Ne pas frémir en voyant Audrey Hepburn devant la vitrine de Tiffany, la chanson Moon River de Mancini en fond sonore ? Quand l’alchimie du couple musique-ciné fait des étincelles, l’instant devient éternel et magique !

In the Mood for Love (2000) de Wong Kar Wai Goldfinger de Ian Fleming, 1964 Charles Chaplin - Un Roi à New York, 1957 Alfred Hitchcock - The Man Who Knew Too Much, 1956 cinema-musique

A vous de jouer…

L’aspect le plus ludique de l’expo est le côté interactif, particulièrement réjouissant. Vous souhaitez, par exemple, écouter la bande-son spécialement créée pour 2001 : l’Odyssée de l’espace de Kubrick, puis finalement retirée par le réalisateur pour placer une musique préexistante (notamment Strauss) ? À vous de jouer ! Vous y trouverez aussi des écrans individuels ou collectifs, des cabines d’écoute, des partitions, des affiches, des story boards, des photos, des lettres… Enfin, au sous sol, après une première salle où tous les grands « couples » réalisateurs-compositeurs sont représentés – Lean-Jarre, Fellini-Rota, Leone-Morricone –, un vaste espace composé de trois écrans géants propose une quarantaine d’extraits de films (attention, c’est furieusement addictif !) où la musique joue un rôle primordial : Chantons sous la pluie, Devdas, La Nuit du chasseur, Fantasia, Out of Africa, Le Dictateur, pour ne citer qu’eux…

Pour le fan de cinoche que je suis, je dois l’avouer, cette expo extrêmement dense est jubilatoire. Vous pouvez, sans rire, y passer une après-midi entière à pleurer (d’émotion !), vous amuser, écouter, regarder, et même jouer à l’ingénieur du son dans une salle de mixage !

Jusqu’au 18 août 2013

Cité de la Musique, 221, avenue Jean-Jaurès, 75019 Paris. Tél. 01 44 84 44 84

Site Internet consacré à l’expo : Musique et cinéma, la mariage du siècle ? 

Et pour finir, on vous propose notre choix (totalement subjectif) d’extraits, génériques, scènes mythiques ou pas, à (re)voir et écouter. N’hésitez pas à nous faire partager vos coups de coeur dans les commentaires !

La B.O. rêvée de Caroline Bodin :

Breakfast at TiffanysQu’est-ce qu’un moment inoubliable au cinéma ? De celui qui vous poursuit toute une vie ? Probablement… Le Breakfast at Tiffany’s de Truman Capote, Blake Edwards, Audrey Hepburn et Henry Mancini : Moon River.
L'ile nueL’île nue, une grâce dépouillée, en symbiose avec la beauté âpre de la nature. Un film sans paroles de Kaneto Shindo, juste habillé du haïku musical composé par Hikaru Hayashi.

Les parapluies de Cherbourg
Les parapluies de Cherbourg, le profil de Catherine Deneuve et la musique de Michel Legrand dans un film de Jacques Demy ; la vie est un grand rendez-vous manqué où l’on chante le cœur serré.

La Princesse Mononoke
Joe Hisaishi ou comment un film d’animation, ici Princesse Mononoké d’Hayao Miyasaki, donne lieu à une suite symphonique d’une beauté stupéfiante.

Jamais le dimanche
Jamais le dimanche ? Mais tous les autres jours de l’année pour ces Enfants du Pirée de Manos Hadjidakis que chante Melina Mercouri : la Grèce rêvée de Jules Dassin.
L'AtalanteLa musique de Maurice Joubert pour L’Atalante, tout comme le film de Jean Vigo, fascinait François Truffaut au point qu’il la réutilisa pour Adèle H. Onirique comme du Jules Supervielle, qui écrivait, trois ans plus tôt, en 1931, L’Enfant de la haute mer.
Midnight CowbowLe titre Everybody’s talkin’ d’Harry Nilsson est indissociable du Midnight Cowboy de John Schlesinger, chef d’œuvre désespéré d’une Amérique perdue.
Un singe en hiverComment imaginer Un singe en hiver d’Henri Verneuil sans Gabin et Belmondo mais surtout sans la musique de Michel Magne, imagée, tendre et triste, un adieu ?

Mary Poppins
La musique, souvent est un souvenir d’enfance qui hante le cinéphile. Les oiseaux de St-Paul s’envoleront à jamais dans une boule à neige, bercés par Mary Poppins, la bonne fée Julie Andrews.
Le Notti di CabiriaLe Notti di Cabiria de Federico Fellini, quand la musique, rêve où passe une fête galante, fait sourire Giullieta Massina à travers ses larmes. Nino Rota, Cabiria, ou l’éternel émerveillement du cinéma.

Le choix du rédacteur, Franck Altmeyer :

GoldfingerGénérique de Goldfinger  par Shirley Bassey. Musique de John Barry. Mythique !
Les noces funèbresLes Noces funèbres de Tim Burton. Remains of the day, musique de Danny Elfman. Drôle, bien barré et complètement déglingué !

Certain l'aiment chaud
Certains l’aiment chaud de Billy Wilder. Vous avez dit chef-d’oeuvre  ? Jack Lemmon, Tony Curtis et I Wanna be loved by you par Marilyn, pour l’éternité…

In the mood for love
In the Mood for Love de Wong Kar Wai. Yumeji’s theme. Tony Leung et Maggie Cheung, solitaires et sublimes.
Top HatLa Rose pourpre du Caire de Woody Allen. Cheek to Cheek  d’Irving Berlin chanté par Fred Astaire dans Top Hat. Le film dans le film. Toute La magie du cinéma.
Le lauréatGénérique Le Lauréat de Mike Nichols. Sound of Silence par Simon & Garfunkel. Stylé et mélancolique.
VertigoGénérique de Vertigo d’Alfred Hitchcock. Musique Bernard Herrmann. Inquiétant et pervers, comme Hitch’…

Grease
You’re the One that I Want par Olivia Newton-John & John Travolta dans Grease. Fun, superficiel, irrésistible !

13 avis pour “Expo Musique et Cinéma

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.