Les Chansons Bachiques des Cadets de Bourgogne

En quittant Dijon, nul doute qu’après avoir passé les coteaux en pente douce de Gevrey-Chambertin vous ne finissiez par arriver tout près du village de Chambolle-Musigny. Là, sur votre droite, se profilera alors la massive silhouette d’un bâtiment à mi-chemin entre l’abbaye et la noble forteresse. Vous voilà au Château du Clos de Vougeot, glorieuse maison des Cadets de Bourgogne.

Joyeux enfants de la Bourgogne

Vougeot ? Comme ces vins de Bourgogne appellation Grand Cru de la Côte-de-Nuit aux belles notes aromatiques ? Comme ce Clos Vougeot 1845 servi à une table puritaine par la Babette – divine Stéphane Audran – de Gabriel Axel. Oui, il s’agit bien de ces vins qui vieillissent sans trembler plusieurs dizaines d’années, et vous êtes ici à la source, dans le bâtiment même construit par les moines de Citeaux au XIIème siècle. Outre ces ingénieux Cisterciens, vignerons dans l’âme que la Révolution Française enverra cultiver ailleurs, l’édifice abrite désormais d’autres ordres émérites. Écoutez plutôt…

En 1933, en plein boum de la gastronomie régionale et d’une certaine quête d’identité folklorique, à l’occasion d’un repas « de cochon » (de « viande de cochon », mais vous m’aviez comprise) organisé par les propriétaires-négociants Camille Rodier et Georges Faiveley, futurs fondateurs de la Confrérie du Tastevin, naquit l’idée d’un banquet musical animé par des « amis du vin et de la chanson ».

© Caroline Bodin
© Caroline Bodin

Pour l’occasion, ce fut à la troupe dijonnaise des « Chanteurs Bourguignons » de donner de la voix. La performance, sans doute glorieusement arrosée, devint immédiatement mythique ; le concept des « Cadets de Bourgogne » venait de naître. Cette joyeuse troupe animerait désormais des « chapitres », cérémonies célébrant l’intronisation de nouveaux Chevaliers du Tastevin, le jus de la treille et les temps forts de l’année.

Qu’ils soient de printemps, d’équinoxe, de la Saint-Vincent ou des roses, ces « chapitres » réunissent depuis plusieurs centaines de convives, emportés d’enthousiasme par la dive boisson et par le répertoire de ce chœur d’hommes désormais dirigé par Jean-Bernard Guiboux, tour à tour chef d’orchestre, pianiste et compositeur. Et comme il le dit lui-même à l’audience réunie, si la formation existe depuis les années 30, « ne vous inquiétez pas, ce ne sont pas les mêmes chanteurs ! ».

Preux chevaliers et chansons à boire

Bien entendu, et pour les avoir entendus « en vrai », on ne saurait mieux vous conseiller que d’aller écouter ce répertoire dédié à Bacchus en live. Néanmoins, si vous rêvez d’un accord musique et grands vins pour vos soirées entre amis ou si vous désirez ravir au plus au point votre oncle d’Amérique, sachez que l’art des Cadets est désormais gravé sur CD.

Produire les Cadets de Bourgogne allez-vous me dire, immortaliser l’impalpable ivresse de ces prodigieux gueuletons, quelle drôle d’idée ! Pas si sûr. Chansons à boire, chansons vineuses, où perce parfois une certaine mélancolie, celle de l’attachement viscéral au terroir et à l’Histoire, les grands classiques et les créations de ce chœur à trois voix méritaient bien de devenir « Patrimoine matérialisé ».

© Caroline Bodin
© Caroline Bodin

Sans pour autant se prendre pour Alan Lomax, les Cadets de Bourgogne, aidés des Editions Miliani, ont opté pour un enregistrement dans les conditions du direct, garanti 100 % vieilli en cave (voûtée), s’attelant ainsi à une noble tâche, celle de la conservation d’un répertoire ancestral et populaire. Après, tout est ici affaire d’interprétation, et de production.

« Ah, mais ils savent chanter ! » m’a t-on dit à l’écoute de leurs « Chansons Bachiques ». Voilà donc le fin mot de l’histoire : certes, on claquera des mains et à la fin, l’on risque de faire tourner les serviettes, mais ce sera toujours en tenant la note juste.

A mi-chemin entre Les Frères Jacques (pour le sens de l’humour et le décalage), Offenbach (le bougre a quand même osé, entre autres, « Glou Glou, je suis le vin » dans Les Contes d’Hoffmann, sans parler de sa Perichole, notoirement grise) et un folklore français toujours prêt à lorgner vers la chanson à boire, nos Cadets restent avant tout les nobles ambassadeurs de la région de Bourgogne, haute patrie œnologique, gastronomique, et musicale.

 

La Chanson de la meurette

Et les voilà donc qui entonnent, tour à tour tonitruants, lyriques ou guillerets, « La vigne à Claudine » du très baroque André Campra (je vous conseille sa Messe de Requiem, avec ou sans vin liturgique »), « La Nuit » de Rameau, « La Madelon », les fameux « Chevaliers de la Table Ronde », ou des créations plus contemporaines comme l’inénarrable « Recette de la Meurette ».

Ah, les œufs en meurette, comment décrire cet incontournable de la cuisine bourguignonne ? Pochés à point, il révèlent un jaune coulant qui vient se lover dans la succulente sauce dont ils sont nappés. La recette de cette sauce bien lisse à l’appétissant glacis ? Demandez donc aux Cadets ! Tout comme eux, « choisissez un vin vermeil, de Bourgogne évidemment », « des champignons et du lard , puis du beurre évidemment » et faites chauffer l’eau salée.

© Caroline Bodin
© Caroline Bodin

Gaiement accompagné de nos chansons bachiques, il vous faudra un sacré savoir-faire pour réaliser des œufs en meurette comme au Clos de Vougeot ou au Cellier Volnaysien*, adresse recommandée par un local, attention ! C’est que pocher un œuf à la perfection est loin d’être évident, pas plus que l’infernale règle de trois dont vous aurez besoin pour obtenir la bonne quantité d’ingrédients. Voyons, 15 kilos de champignons pour 600 personnes, ça fait combien pour quatre ?

Néanmoins, après « cinq à six bouteilles » de bon bourgogne, avec ou sans « femme sur les genoux » et plusieurs écoutes de ces « Chansons bachiques », nul doute que vous soyez fin prêts pour la 6ème édition du « Championnat mondial de l’œuf en meurette » qui aura lieu au Clos de Vougeot le 13 octobre 2024. A noter, le Président du jury sera le chef Georges Blanc, rien que ça !

© Caroline Bodin
© Caroline Bodin

In Vino Veritas

Plus sérieusement, jamais dicton ne fut plus vrai qu’avec les vingt-et-un titres de l’album « Chansons bachiques ». Car le vin, qu’il soit de Bourgogne ou non, qu’il se déguste pour étancher la soif – toujours avec modération » – en été près d’un cours d’eau, ou la mélancolie, un soir d’hiver près d’une cheminée, oui, le vin invite au chant, à l’amitié et à l’authenticité.

Et après tout, qui n’a pas eu au moins une fois dans sa vie envie de chanter, comme les Cadets de Bourgogne : « Le cristal le plus pur, le plus brillant Bohême, ne valent pas mon verre où burent mes amours (…) En le vidant, j’y vois refleurir mes beaux jours ».

In vino musica…

Les Cadets de Bourgogne – Chansons bachiques
Album de 21 titres accompagné de son livret de 40 pages
SBPE / Les Editions Miliani – 2024

Quelques bons plans à découvrir en plus d’une visite au Clos de Vougeot

A lire pour aller plus loin :

  • Jean-François Bazin, Confrérie des Chevaliers du Tastevin (1934 – 2019), Editions du Tastevin, 2019

  • Du même auteur : Dictionnaire universel du vin de Bourgogne, Editions du Belvédère ; 2010

Pour manger des œufs en meurette, mais pas que, et déguster du bon vin :

  • La Table de Léonce au Clos de Vougeot
    Rue de la Montagne
    21640 Vougeot
    03 80 62 86 09

Attention : La Table de Léonce n’est pas à proprement parler un restaurant mais plutôt une table d’hôtes avec menus uniques « tradis » orchestrés par la cheffe Alexandra Bouvret et leurs accords mets-vins. Le décor, historique, « vaut le détour ». Compter environ 75 euros par personne.

Se procurer sur place du vin de Bourgogne d’un bon rapport qualité-prix :

  • Domaine Colotte (mention spéciale pour leur « Marsannay Champ Salomon »)
    25, rue du Carré
    21160 Marsannay-la-Côte
    Tél. : 03 80 52 24 34

  • Domaine Polette (vins nature)
    16 route de Saint-Jean-de-Losne
    21250 Pagny-le-Château
    Tél. : 06 63 42 39 48

A noter :

Messieurs, si par hasard vous êtes basses ou barytons, habitez la Bourgogne et aimez le vin du même nom, les Cadets de Bourgogne recrutent : info@tastevin-bourgogne.com